Arrêter de fumer, quelle méthode ? (COMMENT)

Vaut-il mieux s'arrêter de fumer à la dure, juste en appui sur la volonté, après avoir enterré son dernier paquet de cigarette à 10 m sous terre et jeté la pelle, ou vaut-il mieux stopper le tabac avec des patches nicotiniques collés sur la langue, le front, les pieds, un suivi médical hebdomadaire, un coaching quotidien, de l'homéopathie, des gommes à mâcher, des séances d'hypnose, d'acupuncture, plus ou moins des antidépresseurs ? Tout est évidemment une question de QUI s'arrête, QUAND et AVEC QUI …

Lire la suite...

Lire la suite...

QUI s'arrête de fumer ?


Etes-vous plutôt dépendant à la nicotine, au rituel ou les deux ? Car si vous êtes très dépendant à la nicotine, se passer d'un traitement substitutif nicotinique, qu'il soit court ou long, par patchs, spray, gomme ou cigarette électronique, c'est comme refuser le plâtre quand on s'est cassé un bras ! Alors que si vous êtes surtout dépendant "au geste", les substituts seront au mieux inutiles. (Je teste mon type de dépendance)

Après, dans les 2 cas, l'initiation de l'arrêt du tabac devra s'appuyer sur la volonté et le désir bien sûr, c'est la base, mais peut-être aussi sur un accompagnement (médicalisé ou non) : médecin généraliste, tabacologue, hypnothérapeute, acupuncteur, psy, coach, plateforme numérique interactive pour arrêter de fumer…

AVEC QUI ?


Certains préfèrent s'arrêter seuls, voire s'isoler quelques temps de leurs fumeuses fréquentations, pour mieux s'assurer de ne pas céder à la tentation. D'autres veulent au contraire ne perdre que la cigarette. Quand d'autres encore sentent que leur volonté sera aidée par un arrêt collectif : s'arrêter en groupe, avec leur conjoint, un ami… leur paraît la solution. Une vaste étude a d'ailleurs montré que nos chances d'arrêt du tabac ne sont pas les mêmes selon la composition plus ou moins tabagique de notre entourage (Je teste mon entourage)

QUAND ?


S'arrêter un 2 ou 3 janvier plutôt qu'un 31 décembre, dans un moment de calme relatif plutôt que de stress, parce que l'on a des ennuis de santé liés au tabac ou pas, pour la première, deuxième ou troisième fois… change la donne. S'il est judicieux de suffisamment bien choisir son moment, les études montrent que plus on essaye de s'arrêter de fumer, plus on augmente ses chances d'y arriver !

BREF, il n'y a pas une méthode absolue, mais des méthodes dont certaines vous correspondent mieux que d'autres. Le tabagisme étant un phénomène complexe, l'abord pluriel est le plus souvent le plus adapté.